Seattle

Escapade à Seattle

découverte du Wine Country de Washington


(texte : Marie-José Colombani, photos : Philippe Vidoni)

On ne saurait confondre Washington la capitale des États Unis située sur la côte Est et l’État de Washington côté Ouest, tout au nord « sous » le Canada. Si cet état semble bien connu pour la beauté naturelle de ses paysages, l’effervescence économique et l’art de vivre de sa capitale Seattle, bien peu en revanche connaissent la qualité exceptionnelle des vins qui jouxtent la ville phare de Microsoft et Amazon. Bienvenu dans le Wine Country de Washington !

Via les nouvelles technologies, les entreprises leaders à la success story flamboyante ; les Boeing, Microsoft, Starbucks, Amazon…. font de Seattle une ville emblématique. Un esprit pionnier de ville étape d’approvisionnement pour chercheurs d’or perpétué depuis la fin du XIX eme. La pugnacité de ses entrepreneurs utilisant les richesses locales : bois, cuir, pêche a si bien boosté son port qu’il figure aujourd’hui au deuxième rang de la Côte Ouest (derrière Los Angeles). Quasi centenaires ces entreprises perdurent. Une rareté pour un pays neuf ! A commencer par Boeing le géant aéronautique. William Boeing qui voyait loin a construit son premier avion en 1916, évidemment il était en bois!. De nos jours dans « la plus grande usine du monde » située à Everett à quelques cinquante kilomètres au nord de la ville, Boeing continue de fabriquer et d’assembler la quasi totalité de ses avions commerciaux.

Les installations de Boeing

Plusieurs fabricants de vêtements tout terrains tels Filson, Rei ou encore Eddie Bauer, ou de chaussures comme Nordstrom venu de Suède en 1901 gardent eux aussi leurs sièges prospères intra-muros. A l’échelle américaine avec seulement 700  000 habitants, Seattle ressemble à première vue à une grosse ville de province alanguie au milieu de l’eau sur fond de chaînes montagneuses. Ponctuées de belles résidences, les collines moutonnent à l’envie entre le Puget Sound à l’Ouest, l’avancée dans les terres où l’océan pacifique prend ses aises et à l’est, le lac Washington.

 

Lorsqu’ils parlent de Seattle, ses habitants invoquent d’emblée « la qualité de vie, le travail, la proximité de la montagnes et de la nature, le niveau éducatif et l’université réputée ». Si l’on ajoute l’absence d’impôt d’état sur le revenu et un taux de chômage à peine supérieur à 3 %. pas étonnant qu’à elle seule elle affiche plus de 10 000  nouveaux venus par an.

La nouvelle oligarchie d’ingénieurs, créateurs informatiques ou commerciaux de génie qui font depuis une cinquantaine d’années la Seattle d’aujourd’hui illustre une population jeune, instruite et qui, tendance oblige, revient aux fondamentaux. Ils pratiquent un ou des sports : vélo, randonnées ski, camping, escalades, le choix est large. Et surtout choisissent de vivre  sainement. Ici plus qu’ailleurs, les produits bio font florès. Très révélateur, l’attraction numéro un de Seattle ce n’est pas l’omniprésente Space Needle, la tour surmontée d’une plate forme à l’allure de soucoupe volante élevée pour l’expo universelle de 1962, ni l’EMP(Experience Music Project) pour la science fiction et le rock dédié à Jimi Hendrix l’enfant du pays et conçu par l’architecte du musée Gugueheim de Bilbao Franck Gehry : ni encore l’époustouflant Garden Glass avec ses fleurs de verre de l’artiste Chihuly.[ Non, c’est bien son marché, le plus ancien des USA. Énorme et couvert il longe la rive d‘Elliott Bay et règne depuis 1907 à Pike Place,où flotte l’odeur persistante des fleurs. De petits producteurs viennent en voisins apporter leurs récoltes juste cueillies garanties sans pesticides. Les pêcheurs proposent la pêche du jour, et les bouchers des viandes « organic ».

En face sur la place, les bars à vins pullulent et on fait la queue devant le minuscule café Starbucks fondée en 1971 par Howard Schultz. Depuis, 23 000 boutiques dans 68 pays et 300 000 personnes résument l’enseigne. Les aficionados se rendent au café historique ou à la récente Starbucks Reserve Roastery & Tasting Room dans le quartier cool de Capitol Hill , un gigantesque espace de bois, cuir et cuivre  regroupant bars à café, boutique, restaurant, bibliothèque et, surtout, une immense attraction, l’usine à café avec son réseau de tubes transparents qui permet de suivre le chemin du breuvage au rythme des torréfactions. On peut déguster la pléthore de crus , écouter les baristas, acheter des cafés rares… un sublime espace de communication qui estompe adroitement l’effet de gigantisme de la marque.

Le premier starbucks café fondé en 1971

 

Même concept chez Microsoft le géant de l’informatique qui pour accompagner la folle croissance débutée en 1986 par  Bill Gates a investi en proche banlieue sur le campus de Redmond, plus de 200 hectares plantés d’essences variées. Un écosystème et une véritable petite ville où il fait bon vivre et où se côtoient 150 nationalités. Centre commercial, magasins, bâtiments et bureaux s’intègrent au paysage (sans dépasser la cime des arbres) sillonnés de chemins piétonniers aménagés et de pistes cyclables tandis que des bus gratuits réservés en ligne facilitent les déplacements . Chez Amazon, on surnomme ce complexe, le « country club !».

Les nouveaux bureaux du siège d’Amazon
Les Sphères d’Amazon

 

Pour sa part Jeff Bezos, le très contreversé patron d’Amazon qui a bâti ici la plus grosse entreprise mondiale de vente en ligne peaufine son royaume au cœur même de la ville. Dans un environnement de jardin botanique,de pharaoniques sphères en construction avec restaurants, cinémas, salles de réunion, de sports ou de repos destinées  aux 20.000 salariés installés dans les tours voisines en construction.

Une agriculture vivrière

Une vie saine pour ces habitants qui s’engouffrent dans le boom alimentaire en cultivant potagers ou en élevant poulets, canards, abeilles encouragées par les édiles qui, depuis 2010, favorisent cette mode de micro agriculture maison et la vente sur place en multipliant les petits marchés de plein vent.

Le Marché de plein de Ballard
Stand de fleurs du marche de Ballard

Les autorités sont d’ailleurs fières de vous inviter dans la plus grande ferme urbaine à Rainier Valley où des volontaires encadrés apprennent à cultiver la terre et les légumes sous serre et et offrent des repas à base de produits frais. Elle a un succès fou et l’on doit prendre rendez vous.


Le wine country de Washington

Engouement également pour le vin, Si les États Unis restent les premiers consommateurs dans le monde, à 80%, ils boivent des vins locaux.

La demande tirant l’offre..Second producteur de vin des États-Unis en termes de quantités derrière la Californie et la célèbre Nappa Valley, les vins du Wine Country et les 850 vignobles de ses 13 AVA (appellations d’origine contrôlée) caracolent en haut du classement en termes de qualité.Depuis les premières plantations début 1900 et parce que située aux mêmes latitudes que le Bordelais, la région jouit d’un climat particulièrement adapté à la culture du raisin.  Dans l’Est de l’Etat où le climat est plus ensoleillé et plus sec que sur le front Ouest, les exploitations vinicoles sont rassemblées au sein des appellations les plus réputées Yakima, Walla Walla ou encore Colombia. L’intense activité géologique d’environ 15 millions d’années a créé un terroir fantastique. Une région relativement sèche avec des températures modérées et des saisons marquées, idéales pour produire, en leur conservant une belle acidité, les cépages classiques des vins blancs Riesling, Vionnier ou encore Chardonnay tandis que la chaleur de la vallée fait de grands syrahs et des cabernets denses et luxuriants.Ils ne sont commercialisés depuis seulement une cinquantaine d’années ( malheureusement pour nous en majeure partie localement ).

Les vignobles de Walla Walla
Les vignes de Walla Walla

Secteur touristique le plus important de l’état, Walla Walla

A 4h de voiture au sud de Seattle,la région de Walla Walla compte plus de 100 établissements viticoles assortis de salles de dégustation repartis par zone. A l’ouest, la « boucle vintage » datant des années 80 regroupe Long Shadow, l’Ecole 41 et Woodward Canyon. Au centre de la ville et bien que les wineries comme Rotie Cellars, Drew Bledsoe’s et Spring Valley produisent leur vin ailleurs dans la vallée, les salles de dégustation chères aux ingénieurs de Seattle participent d’une belle promenade de reconnaissance .

Pepper Bridge Winery
L ‘espace dégustation de Pepper Bridge

La zone de l’aéroport abrite plus de 20 salles de dégustation y compris Dunham, Buty et Syzygy dont la plupart réside dans de petits hangars militaires. A l’Est , on trouve d’autre pionniers comme Abeja, Walla Walla Vintners, tandis que le sud, avec Northstar et Pepper Bridge avec ses grottes de vin souterraines jouent les contrastes avec Fjellene et Va Pianoc dont les vignobles couvrent les collines.Dégustations, visites de domaines, rencontre avec les vignerons, bed and breakfast ou glamping (camping glamour) au cœur des vignes signent une hospitalité chaleureuse et surtout une rencontre très prisée avec des vins encore méconnus car pour le moment cantonnés à leur lieu d’origine.

 

TASTE WASHINGTON

Cependant Taste Washington : la première expérience viticole et gastronomique de Seattle est en train de changer la donne. 3eme édition en 2017 d’un événement d’envergure pour la connaissance et la promotion des vins de l’État, la plupart en biodynamie : Trois jours de grandes dégustations et de soirées spéciales, comme la Red and wine party au restaurant Aqua by El Gaucho

The Red & White Partie a El Gaucho
la terrasse de l’Aqua by El Gaucho

pour un dîner iodé et festif avec vue magnifique sur la baie Elliott, le Taste à la ferme accompagné de chefs reconnus Maria Hines et Tamara Murphy préparant le déjeuner avec les vins de vignerons, les démonstrations de chefs, les séminaires très pointus d’experts de l’industrie viticole à l’hôtel Four Seasons, le dîner Vintage ambiance musicale, accord mets/millésimes, enfin la Grande Dégustation où concourent 235 vignobles et 70 restaurateurs au prestigieux Century Field Center.

Seattle intra-muros présente aussi quelques salles de dégustation comme entre autres : les caves Kerloo ou les caves Ro bert Ramsay et quantité de bars à vins comme the Tasting room à Pike Place.

Un simple trajet de 30 minutes au nord-est est également un paradis pour les amateurs de vins. Woodinville répertorie une centaine de vignobles et de salles de dégustation dont le plus célèbre : Château San Michelle style vieux manoir au milieu d’un magnifique parc avec boutique, jeux et salles de dégustation n’a rien à envier aux wineries réputées de la Nappa Valley.

La boutique du Château San Michelle
Le Château San Michelle

Pratique

Y aller : Delta Air Lines opère un vol quotidien non-stop Paris-Seattle.
Plusieurs voyagistes proposent des circuits individuels ou des séjours à la carte, Jetset/Equinoxiales, Vacances Transat, Voyageurs du Monde.

Taste Washington est organisé par l’Office du Tourisme de Seattle en partenariat avec Washington State Wine, un organisme public représentant les établissements vinicoles et producteurs de vins locaux licenciés par l’Etat de Washington. www.tastewashington.org.

 

Hôtels

Four Seasons Seattle : en centre ville, à cinq minutes à pied de Pike Place, déco moderne, Spa, piscine et hammam, bien adapté aux hommes d’affaires autant qu’aux touristes. Personnel attentionné. Le restaurant GoldfinchTavern propose des spécialités du NO du Pacifique préparées par le chef renommé Ethan Stowell.
99 Union St, Seattle, WA 98101, tel : +1 206-749-7000

Le Four Seasons
La terrasse du Four Seasons

 

Le Palladian C’est dans un bâtiment rénové et chargé d’histoire datant de 1910, initialement construit pour servir de logements aux marins, que le groupe Kimpton  a ouvert son dernier établissement à proximité du front de mer et proche de Pike Place Market, équipements de luxe, design vintage et mobilier contemporain.
2000 2nd Ave, Seattle, WA 98121,tel : +1 206-448-1111

Le Hall du Palladian
Le Palladian

 

Les Winneries

Garrison Creek Cellars, 300 acres de terres ourlées de collines incroyables et de vignobles.  La cave a conservé l’aspect d’une immense grange familiale d’autrefois bâtie en 1916. La famille Murr, les propriétaires héritiers de Garrison Creek vendent exclusivement 1 000 bouteilles l’an de Cabernet Sauvignon et Syrah. Une curiosité !
4153 Hood Rd, Walla Walla, WA 99362, tel : +1 509-525-7377

 

Dunham cellars : la plus grande cave de l’aéroport de Walla Walla. Et l’un des meilleurs producteur de syrah de l’Etat depuis sa création en 1995 par la même famille 150 E Boeing Ave, Walla Walla, WA 99362

Dégustation à Duham Cellars
Duham Cellar
La cuvée Cayuse de Christophe Baron

Cayuse vineyards : Christophe Baron, qui a grandi au milieu des vignes et des caves en Champagne est le premier Français à s‘établir dans l’État de Washington, à Walla Walla Valley et à avoir utilisé la biodynamie Le nom du domaine, « Cayuse », du mot : « Cailloux » fait référence à son sol pierreux qui est semblable à celui de prestigieuses appellations françaises, donnant des fruits plus matures et plus concentrés. Si le Syrah est le cépage principal du domaine, il accueille également du Cabernet Franc, du Cabernet Sauvignon, du Grenache, du Merlot, du Mourvèdre, de la Roussanne, du Tempranillo et du Viognier. Cayuse est un peu la légende de l’appellation !
17 E Main St, Walla Walla, WA 99362, tel +1 509-526-0686

Kerloo cellars : élégance , équilibre et concentration pour cette cave crée en 2006 par Ryan Crane un autodidacte ayant beaucoup travaillé en bénévole et appris dans les autres établissements viticoles il aime peaufiner les mono cépages, son tempranillo est une merveille !
3911 St AV Seattle 98134 et 16 North Avenue ,Walla WallaTel : 1 206 349 064

Coup de cœur pour Canlis, le restaurant mythique de Seattle 

Ce n’est pas une simple maison bleue adossée à la colline mais une maison mythique juchée en périphérie au dessus de Seattle. On n’y vient pas à pied ( juste une dizaine de minutes du centre ville), on ne frappe pas mais on mange ensemble depuis plus de 67 ans … le mieux du monde !
Au cœur de cette institution réputée pour son excellence et sa faculté à se renouveler, ceux qui vivent là vous accueillent avec chaleur. Nom éponyme de la troisième génération d’une famille d’émigrants grecs ottomans, aujourd’hui, Canlis est dirigé par les deux frères Mark et Brian. Mark a été le fer de lance de la modernisation qualitative des 2005 et de la pérennisation qui vaut à l’entreprise familiale d’être plus que jamais élue un des meilleurs restaurants d’Amérique. Brian pour sa part diplômé en sciences hôtelières de l’université Cornell, officier puis capitaine des Forces aériennes à dirigé le protocole accueillant les sommités et chefs d’Etat internationaux. De solides références assorties aux capacités du chef Brady Williams,trente ans ancien joueur de hockey professionnel brillamment reconverti aux fourneaux, finaliste de la célèbre James Beard Foundation l’élisant cette année un des meilleurs jeunes talents culinaires du pays. Le sommelier Nelson Daquip quant à lui n’est pas en reste de reconnaissance. Ce natif d’Hawaï meilleur sommelier de la ville en 2008 a aussi remporté dix grands prix consécutifs du célèbre Wine Spectator. Il règne sur une cave de plus de mille alcools tous plus prestigieux les uns que les autres. Une équipe au top secondée en salle et en cuisine par une personnel chorégraphié anticipant le moindre besoin ou détail.

Nappage immaculé, verrerie de cristal, mobilier luxueux, lumière (pas trop tamisées) dress code habillé exigé, rareté de produits mis à l’honneur et service hors pair ! Bien sûr cela a un prix et participe d’une soirée d’exception. Si de tout temps Canlis s’est apparenté à un lieu onéreux, il a su cependant évoluer et si le « pas cher » n’a pas ici sa place, Mark affirme « se battre chaque jour contre cette notoriété de dîners coûteux  que nous essayons de rendre accessible et conviviaux sans trop de chichis, nous avons ainsi revu la musique d’ambiance, bannis les kimonos d’autrefois portés par les serveuses et ciblons une clientèle plus jeune, celle des enfants d’habitués, nous procédons en outre à des ajustements comme le prêt de lunettes de vue, l’apport de coussins supplémentaires, de châles ou de tablettes compatibles aux exigences de la minorité agissante  qui nous fréquente », celle là même dénoncée par un coup d’œil sur le parking campé sur l’abrupt du bord oriental de la colline Reine-Anne et où s’alignent Jaguar, Porsche Cayenne et autres Tesla .

M.J. Colombani devant la collection d’alcools de Canlis
La cave du restaurant

Baigné de lumière naturelle par de larges baies plongeant sur les vues panoramiques du lac Union et la chaîne enneigée des monts Cascade, la vaste maison étagée conçue par Peter Canlis et l’architecte Roland Terry date de 1950. l’ampleur des proportions, les lignes épurées, les tons chauds, les matériaux naturels privilégiant pierre, bois sombre et verre, l’immense cheminée de l’entrée choisie par les célèbres concepteurs Jim Cutler et Georges Suyama réussissent à faire de cet espace une expression emblématique et chaleureusement élégante du design moderne. Un décor magnifié idéal pour déguster (uniquement au dîner!) l’œuvre inventive et contemporaine du chef aujourd’hui le bastion avant-gardiste d’une cuisine du Pacifique Nord-Ouest raffinée et créative. Un grand moment ! A coup de techniques modernes, de cuissons nouvelles et de mise en scène des assiettes, celui ci a su conserver les classiques maisons en les revisitant de manière ludique. Ils font ici bon ménage avec les nouveautés parfaitement exécutées de l’incomparable et savant menu dégustation (8 plats 195 dollars).

L’équipe de Canlis en compagnie de Marie josé Colombani

Oui ! la salade Canlis à la carte depuis 65 ans y figure toujours. A base de romaine, parmesan, bacon, origan et menthe, seule sa présentation a été actualisée par

Le Chef Brady Williams

un petit bol de bois surmonté d’un croûton en guise de couvercle et de cœur de tomates fraîchement assaisonnées. Idem pour les gambas Peter Canlis traditionnellement grillées avec citron vert, ail et vermouth sec, le chef les présentent maintenant tête bêche,toastées mais également crues pour mettre en exergue un produit superbe eut égard à la provenance en direct l’après midi même d’Anacortes le must pour les fruits de mer. Le saumon sauvage tendre et gras à souhait provient du Canada. Légèrement fumé maison il s’accompagne de yaourt citronné, de rondelles de rave en saumure et au printemps de cœur de laitues, et puis il y a des plats terre et mer insolites comme du chou fermenté et de l’éperlan et selon la saison du canard au girolles et au coing, du foie gras aux figues et aux noisettes ,de la polenta au crabe et à la coriandre, des truffes en chausson, du riz aux crevettes fleuri de chrysanthème, des mini cubes de bœuf Waygu enveloppés d’une craquante tuile de sésame, de minuscules beignets salés avec un jus de pomme acidulé, des moules aux châtaignes, de la morue à l’encre ! Surprenante d’ acidité suave, l’onctueuse purée de carottes a en réalité fermentée dans le sel durant un mois ! le bœuf teriyaki se sert à la japonaise, on le fait cuire à table soi- même sur une pierre chaude et on fait gicler une délicieuse sauce savamment dosée à partir d’une mince capsule sur les oignons frits. Le ballet des serveurs est un sans faute. On prend le temps de vous écouter et on vous explique patiemment. La lecture de la carte des vins participe d’ une promenade enchantée d’autant qu’elle est joliment raconté par un sommelier tout sourire. Superbe du début à la fin. Même le voiturier se souvient exactement de votre véhicule sans avoir à rechercher le ticket ! Tout simplement, une institution qui ne se repose pas sur sa réputation !

 

Canlis : 2576 Aurora Ave N, Seattle, WA 98109, États-Unis tel : +1 206-283-3313
membre  des prestigieux Relais et Châteaux catégorie restaurant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *