La Rioja

un des chefs d'oeuvre de Frank Gehry: l'hôtel Marquis de Riscal
un des chefs d’oeuvre de Frank Gehry: l’hôtel Marques de Riscal

La Rioja : un écrin spectaculaire pour des crus prestigieux.

C’est en Rioja au sud de l’axe Victoria/ Pampelune que l’on produit le vin star de l’Espagne. Protégée des vents froids du nord par les hauts sommets de la Sierra Cantabrique, la Rioja qui englobe la province du même nom, une partie de la Navarre et du Pays Basque se divise en 3 sous-régions, la Rioja Alavesa, la Alta et la Baja. Avec le rendement le plus faible du pays, ses 280 millions de litres par an, ce vignoble de 55000 ha reste le seul depuis 1991 à jouir de la dénomination d’origine califacada» (DOC). Cette catégorie supérieure dans le monde du vin espagnol implique le respect des zones de culture, celui des variétés utilisées et la contrainte des rendements. Cette exigence de qualité a tiré la viticulture ibérique vers le haut induisant du même coup de grands vins en pleine ascension internationale

les vignes
les vignes de la Rioja

Initialement, ce vignoble ancien datant des romains a pris son essor après le départ des Maures mais ce n’est qu’au 19ème qu’a débuté vraiment sa notoriété. Le développements des voies ferrées, les échanges entre négociants étrangers attirés par la valeur déjà des précurseurs les grandes maisons comme Lopez de Heredia contribuent à sa vogue. Nonobstant, c’est surtout le phylloxéra ravageant les vignobles bordelais qui attire ses vignerons vers des terres plus au Sud, notamment en Rioja ! Ce sont ces mêmes bordelais qui introduisent le vieillissement en fût de chêne, une des caractéristiques emblématique de la Rioja. À l’origine en barriques de chêne français notamment celui de la forêt de Tronçais, le vieillissement de nos jours s’effectue également en chêne américain moins onéreux que le chêne tricolore (reconnu pourtant pour sa finesse et sa subtilité) et dure moins longtemps. Les pratiques évoluent ainsi que les goûts. Les saveurs complexes des flacons vieillis par trop longtemps séduisent moins !Idem pour les blancs : jadis patiemment maturés en fûts et exhalant des arômes de caramel, de café et de noix grillées, voire un goût oxydé (qui caractérise toujours les Xérès, mais c’est une autre histoire), Aujourd’hui, on leur préfère un passage en fût plus court concourant à plus de vivacité de fraîcheur et de fruité.

En cette fin d’automne languissante, la mosaïque désordonnée de vergers, de lopins légumiers et de champs de seigle où domine le jaune de la céréale coupée continue vaillamment de le disputer au vert opulent de la vigne. Une mosaïque qui rappelle qu’ici, encore et toujours, on a vécu bon an mal an de polyculture. Une vie en quasi autarcie où la vente du raisin n’a constitué longtemps qu’un plus! Le paisible paysan n’ a pas participé à la course aux rendements. Bon sens ancestral ou sagesse de l’ignorant, il n’ a pas forcé sa vigne mais récolté un raisin sain, sucré, gorgé de soleil que la plupart du temps, peu outillé, il s’empressait de vendre aux BODEGAS, ces fameuses maisons de négoce anciennes et la grande spécificité de la Rioja. Ce sont elles qui, véritablement et plus que jamais puissamment omniprésentes, «font le vin». Affichant leur volonté tenace pour l’excellence, sous le contrôle et la caution du Conseil Régulateur de l’Appellation de l’Origine Qualité Rioja, elles impulsent la direction à coup d’investissements colossaux .

emblématique de la Rioja , la bodegaI Ysios
Emblématique de la Rioja , la bodega  Ysios

Soin, innovation, technicité de pointe, rien n’est trop beau au service de sa majesté le vin et pour le mettre en scène, elles aguichent les plus grands architectes. Une véritable frénésie d’architecture futuriste au service du marketing s’est emparée de ce terroir magnifique en quête de reconnaissance. Telle est la démarche avouée des grands de la région e. Ainsi Au pied des tours crénelées du XIIIeme de Laguardia le chef lieu de la Rioja Alavesa, la bodega Ysios a sollicité le pape des architectes espagnols Santiago Calatrava pour qu’il lui fasse une sorte de temple du vin qui retranscrive sa foi dans l’avenir viticole . Celui ci a compris le message :un hommage à Bachus dans un dialogue ancien et contemporain. Il a donc imaginé une épure de vague magnifique émergeant des vignobles et déferlant sur fond de Sierra Cantabrique, façades et toitures se reflétant dans des bassins-miroirs. Clin d’œil à la tradition : les toits spectaculaires en aluminium suggèrent par leur croupes voluptueuses une succession de tonneaux. A l’intérieur,au premier niveau, sous les immenses poutrelles en éventail, le cuvier aligne ses centaines de cuves en inox allongées sur le sol. Exaltant l’image au service de la technique, l’ensemble dégage une grande pureté en même temps qu’une fluidité dans l’accomplissement du travail de chaque poste.  

Le village d'EL Ciego
Le village d’Elciego

Tout aussi extraordinaire, face à l’adorable bourg médiéval voisin d’ Elciego des volutes de titane brillant de rose de mauve et d’argent (les couleurs symboliques des bouteilles Gran Reserva de la maison) s’inscrivent dans un horizon de vignes et s’enhardissent à toiser les murailles ancestrales du clocher voisin. On est chez Marqués de Riscal,

L' Hotel Marques de Riscal
L’ Hotel Marques de Riscal

les «•quatre mousquetaires•» les héritiers de Camilo Huaeto de Amezaga, qui gèrent aujourd’hui le fameux domaine, l’une des plus grandes – et la plus ancienne – caves de la région. Avec 220 hectares en propre, elle achète du raisin pour l’équivalent de 985 hectares. Dans sa cave historique, elle produit cinq cuvées principalement à base du cépage fétiche de la Rioja : le tempranillo. Des millions de bouteilles reposent dans ses profondeurs dont certaines datent de 1858, quand la bodega fut fondée. La « cathédrale », comme on la surnomme, impressionne particulièrement avec ses longs corridors silencieux et ses nectars (180 000 bouteilles) des meilleurs millésimes dorment sous un voile de poussière . Frank Gehry, l’architecte virtuose du Guggenheim de Bilbao et de la fondation Vuiton à Paris a été convaincu d’apposer son empreinte en ces lieux après avoir dégusté un magnifique cru 29, son année de naissance auquel il n’ a pu ou su résister.

Il a bien fait! le résultat est fascinant et l’on salue son imagination pour cette « œno-logis », sorte de cité du vin extraordinairement saisissante avec musée et hôtel. Ce dernier enrubanné d’acier, membre éminent de la Luxury Collection, trône tel un ovni en surplomb des chais somptueux qui disparaissent sous des flots de lierre. Époustouflant ! Plus que d’afficher la seule prospérité de Riscal ,cette réalisation incarne l’audace de toute une région qui attire ainsi un public nouveau, hédoniste et curieux.

 

 

Car tous s’y mettent , même les coopératives comme celle de Solaguën .

Les caves de Solaguen
Les caves de Solaguën

Celle ci rassemble les producteurs de raisins et a été implanté par un groupe de viticulteurs à Labastida en 1964. Elle compte aujourd’hui 535 hectares de vignes appartenant à ses 152 membres. Victime de son succès,en pleine expansion et surfant sur la mode, elle vient de s’installer hors les murs de Labastida, un peu plus loin à flanc de colline dans un bâtiment bien évidemment lui aussi ultra contemporain où se déploie panneaux de verre, béton ciré, vastes dénivellements et outillages des plus sophistiqués. Dans ses vastes chais élégants, 8000 barriques de chêne limousin élèvent les vins de garde selon des méthodes traditionnelles transmises sur plusieurs générations.L’un de ses vins les plus connus le Gran reserva Manuel Quintano a été élaboré en l’honneur du pasteur local qui, en 1786, a révolutionné les méthodes de la région en introduisant les techniques de vieillissement développées à Bordeaux.

 

 

 

l'intérieur spectaculaire de la bodega Cune
l’intérieur spectaculaire de la bodega Cune

Même démarche pour La bodega de Vina Real ; l’architecte bordelais Philippe Mazières spécialiste des caves s’est attaqué à la bodega Vina Real. Perché au sommet du coteau de la Mesa dominant la plaine de Laguardia, Il a crée un superbe bâtiment aux lignes modernes et volontairement épurées. Un étonnant complexe en béton, acier et cèdre rouge du Canada construit à flanc de montagne, cette cave de haute technicité inauguré par le roi Juan Carlos en 2008 ressemble de l’extérieur à une immense cuve en chêne. Exemple de simplicité rustique poussée à l’extrême, l’ensemble séduit pourtant par sa surprenante élégance. Cet étonnant ensemble viticole fait partie du tentaculaire groupe Cune qui entend associer 125 ans d’expérience engagé dans le traitement et le vieillissement des vins de la famille Vina aux méthodes les plus modernes

L Art et Vin chez Cune
Le7ème Art et le Vin chez Cune

 

5D3A4425
Bodéga Baïgorri

Idem pour la Bodega Baigorri, Plus au nord, à Samaniegos, le Basque Iñaki Aspiazu Iza a effectuer une réalisation splendide dont la

forme semble avoir été façonnée par les éléments naturels qui ont sculpté les collines environnantes. Il a imaginé, surgissant d’un océan de vigne, un gigantesque cube de verre, sorte de phare sur 7 niveaux abritant des chais d’élevage semi enterrés de 125 mètres de long. C’est afin de maximiser la force de la gravité utilisée dans le processus de vinification que la plus grande partie du bâtiment se trouve dans sa gangue de béton sous terre. cet édifice cache une des caves les plus extraordinaires du monde viticole avec, à la base, une réflexion high-tech poussée à l’extrême…et réussie!

Outre le vin, gastronomie et culture identifient la Rioja Alavaise. Située sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, cette terre de voyageurs et d’échanges offre une cuisine simple et goutteuse à base de produits du terroir. Elle magnifie la tradition populaire campagnarde tout droit sorti de la ferme: poulets, lapins, œufs, fromage. Les légumes frais ou secs sont à l’honneur: poivrons, aulx, oignons, artichauts, asperges, laitues… Qui résiste aux rustiques ragoûts de« pochas » (gros haricots blancs) ou de « caparrones » (petits  haricots ronds)? On les sers ici pas tout à fait secs afin de conserver leur saveur tout en absorbant celles des cailles ou du chorizo qui les accompagnent. Le plat maison typique

Les pommes de terre à la Riojana
Les pommes de terre à la Riojana

: les pommes de terre à la Riojana avec oignons, ail, piments, poivrons verts, chorizo, huile d’olive….chaque famille a sa recette secrète. Produits phare : le porc, domestique ou à l’état sauvage, culture chrétienne oblige, il a toujours fait partie de l’alimentation tandis que la présence musulmane dans la péninsule a laissé son penchant pour l’agneau en héritage. Cette cuisine domestique essentiellement locavore réserve toutefois une place importante aux poissons; morue colin, maquereau.. (goûter la morue au Pilpil) et si l’on a encore faim se laisser tenter par les desserts anciens (et heureusement allégés): les clafoutis avec les fruits du verger, les aies avec du lait, du sucre et de la farine ou des talos, une pâte roborative à base de maïs et d’eau qui prend la saveur de ce qui l’accompagne en principe des confitures!

En se promenant dans les villages qui émaillent la campagnes on s’aperçoit que leurs sous sols sont ponctués de minuscules caves familiales, petites bodegas un rien folklorique, «une année bonne, l’autre non» où le vin a souvent la trogne de celui qui l’a produit . Ne pas hésiter à pousser les portes, en général, l’accueil s’avère chaleureux, la dégustation intéressante et l’on y trouve parfois des trésors, Mais Oui! Sur ce territoire trois fois millénaires, des trésors, il n’en manque pas il y a pléthore de vestiges ; dolmens, nécropoles ,ermitages, églises,ponts ..A

Les rues du village de La Guardia
Les rues du village de Laguardia

.Laguardia, bien sûr on jauge ses remparts et ses tours et l’on admire son sublime porche gothique dont la polychromie remonte au XVIIeme ou encore, jouxtant la jolie Labastida les Castros de Buradon déjà habités à l’âge de fer. Et puis il y a d’autres beaux villages ; Leza, Navaridas, Labraza surtout qui a remporté le prix des villes fortifiées. Sa petite centaine d’habitants vit tels des seigneurs féodaux tandis que tout autour, à deux pas souffle le vent de la modernité. Décoiffant ! Les architectes venus du monde entier rivalisent d’audace en construisant des cathédrales de béton de verre et de bois dont la seule religion se nomme vin . Ainsi est né, grâce à à cet assemblage de créations avant-gardistes et de plaisirs épicuriens ouverts au public le tourisme viticole du XXIe siècle

Marie-José Colombani , photos Philippe Vidoni 

 

PRATIQUE

Les cépages 

le vin rouge (90% de la production) est un assemblage spécifique de cépages espagnols où le Tempranillo, vedette de l’appellation représente près de 75% de l’encépagement. Il peut être vinifié seul ou en assemblage. Le grenache noir occupe 15 à 20 % puis vient le mazuelo appelé carignan en France et cariñena ailleurs en Espagne (autour de 10 %). Le graciano (environ 5 %),la Maturana tinta et des spécialité locale, en très faibles proportions

Les vins rosés sont habituellement extraits des mêmes cépages. Les bodegas de Riscal et de Murrieta étaient depuis les années 1860, partisanes de l’inclusion de cabernet sauvignon dans l’assemblage. Il n’a jamais disparu du domaine propre du Marquès de Riscal.

Les cépages blancs majoritaires sont le Viura (Macabeu) et la Malvoisie, on retrouve également, le Grenache blanche, le Tempranillo blanc, la Maturana blanche, le Turruntès, le Verdejo, le Chardonnay et le Sauvignon. »

Quatre catégories pour le vin rouge de Rioja

1« Rioja » vin passé juste quelques mois en baril de chêne.

2. « Rioja Crianza », vieilli au moins deux ans, dont un au moins en fût de chêne.

3. « Rioja Reserva« , vieilli au moins trois ans, dont un en fût de chêne.

4. « Rioja Gran Reserva«   au moins deux ans en fût de chêne et au moins trois en bouteille.

Il n’y aura pas forcément de Reserva ni de Gran Reserva à chaque millésime: seules les années jugées suffisamment bonnes le mériteront

Y aller : avec Iberia Paris Madrid puis Madrid Bilbao : vols quotidiens, Prix à partir de :

Dégustation de vin au lounge d Ibéria à Madrid
Dégustation de vin au lounge d Ibéria à Madrid

A noter que le lounge pour les passagers Classe Affaire et Premières d’Iberia à Madrid offre une sélection de vins espagnols dont un panel important de vins de la Rioja. Il s’en consomme plus de 100 bouteilles par jour comme le confirme la jolie et jeune sommelière

qui les offre à la dégustation. Un moyen idéal de goûter et de faire son choix. Également sur les vols longs courriers, les apéritifs et les repas déclinent une carte avec au moins quatre Riojas renouvelés chaque mois.

.

Hôtel Marquès de Riscal : une œuvre grandiose dont la quintessence thématique s’inspire du divin breuvage. Emballées dans ses panneaux froissés de titane et d’acier roses, mauve et argent, l‘imposante et aérienne construction de Franck Ghery laisse à peine deviner les 14 plus belles chambres de l’hôtel, dont la Gehry Suite. On rejoint les 29 autres du second bâtiment par une passerelle transparente. La décoration intérieure contemporaine épurée reste identique et les salles de bains en marbre immenses. Les 43 chambres de l’hôtel offrent toutes, sans vis à vis, des vues spectaculaires sur les rangées de ceps de vignes manucurés ou sur la charmante petite ville médiévale d’Elciego

La piscine et le Spa Codali de Lhotel Marques de Riscal
La piscine et le Spa Codalie de L hotel Marques de Riscal

. Côté gastronomie Francis Paniego, seul étoilé de La Rioja compose une carte en hommage au vin que réinterprète son fidèle et talentueux élève ; Ramon Piñeiro. Le caviar de vin rouge sur un caillé de foie gras est un must tout comme, sur une base de jus d’agneau la côtelette de lapin grillée sur sarment ! A accompagner d’une des 1900 bouteilles qui occupent tout un pan de mur de la salle du restaurant. Doté d’une école culinaire, d’un magnifique spa Vinothérapie Caudalie. et d’un personnel au top, l’établissement est l’un des premiers hôtels de luxe à avoir vu le jour dans la région et désorrmais une référence.

 

Le boutique hôtel moderne Viura dans le vieux village de Villabuena
Le boutique hôtel moderne Viura dans le vieux village de Villabuena

 

 

Hôtel Viura : FSitué à Villabuena à 10 minutes des caves emblématiques : Ysios et Marqués de Riscal,ce boutique hôtel résolument contemporain empile des sortes de cubes superposés de manière fantaisiste qui semblent jaillir de terre, Au travers des grandes baies le paysage paisible inonde les pièces sur l’Église San Andrés, construite entre 1538 et 1728, et sur la chaîne des montagnes. Outre son élégant restaurant basé sur la cuisine locale revisitée et sa carte des vins conséquente, son bar, son ancien chai et sa salle de sport au dernier étage Viura dispose d’impressionnantes terrasses aménagées en espaces verts avec vues panoramiques où l’on peut délicieusement s’isoler. Une adresse stratégique pour visiter la région

Restaurant Amelibia : à la sortie ou à l’entrée de Laguardia ( selon d’où l’on vient), une vaste maison de pierres avec vue sur les vignobles et décoration reposante, une bonne cuisine traditionnelle servie généreusement avec les produits locaux assaisonnés à toutes (les bonnes) sauces.. A goûter l e Braisés de joues de veau au vin rouge et le Carpaccio de cabillaud à la sauce aïoli allégé (menu à partir de 17 euros)

Restaurant antique bodega Don Cosme Palacio :cette ancienne cave centenaire a été reconvertie en auberge confortablement rustique par le groupe des caves Hijos de Antonio Barceló. La décoration s’inspire du terroir , On y donne des cours de dégustation, l’on visite les caves et l’on y sert une cuisine régionale ,honnête et solide accompagnée d’une carte raisonnable mais intéressante ( menu à partir de 20 euros)
Restaurant El Bodegon : au cœur du village de Labastida , on déguste dans cet ancien manoir du XVIe siècle à la décoration néo rustique chaleureuse la cuisine typique de La Rioja. Spécialits également de viande et poisson grillés sur sarments de vigne. Plusieurs salles, Idéal pour les groupes avec menu spécial et orchestre ( environ 2 5 euros vins compris)

 Restaurant Héctor Oribe, le coup de coeur! dans le minuscule village de Paganos à deux kilomètres de Laguardia, une maison de pierre sans charme particulier.

Hector
Hector Oribe

A l’intérieur une salle fonctionnelle d’esprit rustique et dans l’assiette, contraste frappant et inattendu : une cuisine d’auteur, créative en diable tout en légèreté et en saveurs, solidement ancrée dans la tradition. Essayez donc le divin civet de queue de bœuf au vin rouge et à l’ail doux et vous conclurez que ce chef talentueux est (trop) modeste  mérite de ce faire connaître d’autant que tout y contribue : le service épatant, la carte des vins elle aussi d’auteur et le rapport qualité prix imbattable : 34 euros le magnifique menu dégustation .

Adresses  :Office de tourisme espagnol :22 Rue Saint-Augustin, 75002 Paris, 01 45 03 82 50 www.spain.info/

Basquetour: OT du Pays basque +34946077583, www.tourisme.euskadi.net/fr/

Marquès de Riscal Tél. : (+34) 945 606 000 www.marquesderiscal.com

Solagüen.: à Labastida tel  945331161: www.bodegaslabastida.com 

Viña Real.Cune www.cvne.com/

Ysios : ave-de-vin-de-rioja-alavaise-ysios/x65-12375/fr/

Baigorri tél. : (+34) 945 609 420 www.bodegasbaigorri.com

Hôtel Marquès de Riscal ElCIEGO tel : +34 945 180880 www.hotel-marquesderiscal.com

Hôtel Viura ,Villabuena de Álava, tel+034 945 60 90 00, info@hotelviura.com

Restaurant Amelibia.www.restauranteamelibia.com/

Antique bodega Don Cosme Palacio : www.hotelcosmepalacio.com/

Restaurant EL Bodegon elbodegonlabastida@gmail.com

Restaurant Héctor Oribe à Páganos.http://www.hectororibe.es/

Cuisine typique de La Rioja. <br/>

 

Adresse :

Frontin,31
01330  LABASTIDA/BASTIDA

 

 

Photos Philippe Vidoni

Une réflexion sur “La Rioja

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *